bgimage right 1
bgimage right 2
bgimage right 3

 In memoriam Jacques Benveniste

Prof. Wei Hsueh

Chicago, Illinois, USA
 mars 2005

                               
english/italiano/deutsch
                  
(traduit de l'anglais)
Pour la plupart, le Dr. Benveniste est connu pour sa recherche, célèbre ou infâme, sur la prétendue « mémoire de l'eau. » Bien peu, y compris parmi les scientifiques biologiques, connaissent ses premiers accomplissements dans la recherche sur les allergies et les inflammations.

Dr. Jaques Benveniste a été en effet le découvreur du PAF (Platelet Activating Factor).A l’origine il a nommé lui-même ce composé, mais plus tard il l'a intitulé "Paf-Acether", nom qui a été largement utilisé dans les publications scientifiques européennes.

Au contraire les scientifiques américains préfèrent se référer avec son nom d’origine. Le PAF est le premier, et jusqu'ici le seul, médiateur normal de phospholipides et il a des actions pro inflammatoires Très efficaces.,moins de 2 microgrammes de cette substance ,c’est-à- dire 1 millionième de gramme, par kilogramme de poids corporel, peuvent induire l’arrêt de la circulation sanguine (choc circulatoire) chez les rats, les souris et les lapins.

J'ai entendu parler pour la première fois de cette substance puissante lors d’un congre scientifique, quand j'avais achevé ma formation post-doctorale et équipé mon propre laboratoire.Ma formation post-doctorale était dans le domaine des prostaglandines et du thromboxane médiateurs des lipides à cette époque. Cette substance nouvellement découverte (PAF) était tellement efficace qu'elle faisait ressembler le thromboxane, un agent d’agglomération des plaquettes très fort, " à un liquide la vaisselle", comme disait en plaisantant mon ancien mentor le Dr. Needleman.

Je n'ai donc pas hésité opter pour le PAF pour poursuivre mes recherches, et ma carrière entière a été soutenue sans interruption par le NIH pendant plus de 20 ans. Il est dommage que le Dr. Jacques Benveniste ait quitté ,à un certain point de sa carrière, ses recherches sur le PAF pour se consacrer à des thèmes moins conventionnels, parce que je crois qu’il y a une famille entière de médiateurs de phospholipides avec des fonctions pathophysiologies importantes qui attendaient d’être découverte. Avec le temps, cette classe de composés peut devenir aussi grande et aussi importante que la famille d'eicosanoid (dont l'étude a reçu le prix Nobel en 1982). Malheureusement, l'avance dans ce domaine de recherche a ralenti, après que Jacques Benveniste, son auteur, a abandonné cette voie.

J'ai rencontré pour la première fois le Dr. Benveniste au cours d'un congres international sur le PAF à Hilton Head, (Etats-Unis). À cette époque-là, il était au sommet de sa réputation dans le milieu scientifique.Ses articles ont été publiés dans les plus fameux journaux scientifiques comme la revue scientifique Nature et le Journal d’immunologie , et il a été reconnu comme le découvreur d'un nouveau, important médiateur de lipides.
Lors de cette réunion il a impressionné l’assistance avec son succès, sa brillance et son esprit intellectuel audacieux. Il était au centre de l'attention, respecté par les vieux et admiré par les jeunes, et tout ce qu’il disait faisait réfléchir.
Tous, les étudiants, les post doct et les jeunes scientifiques faisaient la queue pour avoir l’occasion de lui parler, en espérant apprendre de sa sagesse.

À ce moment-là, j'étais au début de ma carrière de chercheur et j’avais juste obtenu une bourse RO1 de NIH (bourse pour un chercheur indépendant). Même si je travaillais dans une école médicale bien connue, la Northwestern University mon laboratoire était situé dans l'hôpital des enfants, un laboratoire isolé qui est à 3 km du campus principal. C'était avant que le Children’s Memorial Hospital construise son propre institut de recherche et je travaillais plus ou moins seule. Vous pouvez imaginer comme j'étais anxieuse d'obtenir les conseils de chercheurs renommés.

Le Dr. Jacques Benveniste était aimable et généreux et n'était jamais avare de conseils et suggestions valables pour ma recherche, et nous avons établi bientôt une correspondance régulière même si elle était peu fréquente. Quelques années après, en 1987, lors d'une réunion internationale à Taipei, Jacques m’a mentionné pour la première fois son étude originale sur la dilution élevée et les basophiles. Il m'a dit que son article serait bientôt accepté par la prestigieuse revue Nature. Étant jeune et naïve, ma réjouissance aux bonnes nouvelles était véritable et sincère. En effet, qui n'aurait pas pensé qu'une telle recherche pouvait apporter à Jacques la renommée, le succès, et peut-être même le prix Nobel ! Vous tous savez ce qui a suivi. L'impensable et l'inattendu se sont vérifiés.

L'affaire Benveniste, la recherche infâme conduite par Nature, menée par son rédacteur en chef avec l'aide d'un « chasseur des sorcières » professionnel du NIH et d'un magicien (oui vous avez bien compris un magicien !). C'était un désastre après l’autre.Les choses ont mal tourné. Graduellement, tout lui a été supprimé: son budget, son personnel, et finalement son laboratoire. Jusqu’à aujourd'hui je ne comprends pas comment il se fait que la communauté scientifique française et le monde entier aient prêté une oreille complètement sourde au succès de ses expériences suivantes qui ont confirmé ses premiers résultats publiés par Nature. L'étude, comme vous le savez tous, a été exécutée en collaboration avec le Dr. Spira, un statisticien renommé en France, et les données ont été soutenues par une analyse statistique impeccable.

Quand j'ai rencontré Jacques encore lors d'une réunion quelques années plus tard, j'ai pensé le trouver défait et déprimé. J'étais certaine qu'il allait renoncer à sa recherche peu orthodoxe, pour revenir à son parcours initial. C'était tout à fait le contraire. Jacques était vif et m'a annoncé qu'il avait lancé un nouveau projet de recherche en utilisant les signaux transmis électroniquement pour stimuler les neutrophiles humains. Il m’a demandé de répéter quelques expériences sur les rats neutrophiles. Ce fut notre première;collaboration Jacques a quand même achevé l’étude en collaboration avec le Dr Yolene Thomas, une scientifique biologiste et immunologiste réputée en France et l’article a plus tard été publié.

La prochaine étape de Jacques était bien plus courageuse et révolutionnaire. Il a voulu transmettre les signaux biologiques digitalement en utilisant un ordinateur. La préparation qu'il a employée était un système in vivo, un coeur de cobaye isolé et perfusé. C'est un système généralement utilisé par les pharmacologues, appelé la préparation de Langendorff. En injectant de diverses substances dans l'artère coronaire du coeur isolé et inondé et en mesurant l'écoulement coronaire, vous pouvez doser l'effet constricteur ou dilatateur de l'agent. Une substance de dilatation d'essai classique est l’acétylcholine, qui est le médiateur physiologique du système parasympathique Dans cette expérience, Jacques a enregistré le signal de l'acétylcholine à l'aide d'un capteur et d'un ordinateur avec une carte sonore. Le signal a été alors amplifié et reproduit sur l'eau. Il a alors injecté l'eau signal portant dans le coeur isolé et a constaté que l'écoulement coronaire avait augmenté. Cette préparation ressemble au système in vivo, et devrait avoir plus de pertinence avec la vraie physiologie.

   exp

Plus tard il a fait un ensemble d'expérimentations semblables en utilisant un coeur ovalbumine immunisé, stimulé par l'ovalbumine numérique. Après le succès initial des ses expérimentations, il m'a demandé si je voulais enregistrer les signaux à Chicago et les envoyer à son laboratoire. Il m'a expédié les instructions, et j'ai enregistré ACh, OVULES et eau et je les ai envoyés de nouveau sur disquettes ou par e-mail, comme dossiers joints.

Puisque ses expérimentations et sa théorie étaient trop fantastiques, Jacques a décidé que la seule manière pour convaincre les autres était en le faisant à l’aveugle. Pour ceci il m'a demandé d’y participer encore. Pour moi cette fois-ci, c’était plus comme un jeu. Il a enregistré en premier les signaux de diverses substances sur son ordinateur puis il m'a expédié les dossiers. Les dossiers sont venus marqués en tant que l'"eau", 2 "ACh", 3 "OVULES" etc. Je les ai codés en aveugle en tant que # 1, # 2, # 3, etc.., et je les lui ai renvoyés par e-mail.Il les a alors examinés sur le coeur isolé m'a expédié son résultat, tel que # 1 : l'eau ; # 2 : ACh, # 3 : OVULES, et ainsi de suite.Je dois admettre que j'étais quelque peu sceptique au début. Mais à ma surprise, la plupart du temps, ses réponses étaient correctes. Si vous appliquez des statistiques au résultat, la possibilité que ce soit une coïncidence était très faible.
Cette découverte particulière peut sembler d’un intérêt banal pour le curieux, mais si vous y pensez , vous vous rendrez compte que son impact potentiel est énorme. Je suis un M.D., ainsi concentrons nous sur ses applications médicales potentielles.Comme vous le savez, la plupart des drogues ont quelques toxicités associées, y compris celles les plus employées, comme l'aspirine. Une médecine digitalement transmise peut garder tous ses avantages, mais peu d'effet collatéral, ne mentionnant pas sa convenance : Les médecins pourraient prescrire la médecine au patient et l’appliquer par l’aide d’un ordinateur ou d’un téléphone. D'une manière primordiale, cette découverte a changé notre concept traditionnel au sujet de biologie.

La biologie classique dit que toutes les actions biologiques exigent l'attache du récepteur spécifique par son agoniste (comparé à un mécanisme de serrure et clef), qui déclenche des voies "de transduction de signal". Jacques Benveniste dit qu'une telle interaction est non seulement peu économique ,car elle exige beaucoup d'épreuves et d'erreurs ,mais également inutile. Il suppose que des signaux moléculaires sont transmis par des moyens électromagnétiques, par l'intermédiaire des vagues de basse fréquence qui co-résonnent avec le récepteur, comme l'accord d'une radio. Le milieu de l'eau est idéal pour porter ce genre de vagues. Cette hypothèse peut sembler étrange, mais si vous y pensez, il y a une certaine pertinence.

Laissez-moi encore une fois vous donner un exemple clinique. Nous savons tous que les gens qui sont allergiques à un allergène spécifique peuvent développer une réponse rapide, même un choc anaphylactique qui représente un danger pour la vie, en minutes ou secondes, si exposé à une quantité minutieuse de l'allergène.Une personne moyenne adulte pèse environ 60-80 kilogrammes, (plus aux États-unis), et la quantité d'allergène ingérée ou à laquelle la personne est exposée peut être dans la gamme d’un millionième d'un gramme ou moins, vous vous demanderez comment une quantité si minimale de cette substance peut traverser les couches de tissu (telles que la peau ou l'intestin), rentrer dans 5 litres de sang fortement dilués, réagir avec les anticorps, sortir des vaisseaux sanguins dans des tissus, trouver des mast cells, et finalement trouver son récepteur sur la surface des cellules pour lier et pour libérer l'histamine et d'autres médiateurs, tout en quelques minutes ou secondes après exposition. Vous vous demanderez comment tous ces phénomènes peuvent être considérés plausibles sous les concepts classiques de la biologie. Cependant, si vous appliquez la théorie de Jacques, la rapidité de la réponse et la concentration extrêmement basse du stimulus se comprendrait.

Il est d’une ironie suprême qu'une hypothèse si originale et raisonnable a eu plus d’écho en dehors du milieu scientifique. Je me l’explique imaginant que l'expression "mémoire de l'eau" a une tonalité rassurante et poétique. En fait, j’ai vu une pièce à Chicago ,écrite par un dramaturge britannique,appelée la "mémoire de l'eau" ( rien à voir avec les théories de Jacques et la science). Mais la communauté scientifique l’a presque uniformément ignoré. Pourquoi? Je pense qu'il y a plusieurs raisons. La première est que la biologie et la médecine occidentales, à partir de la Renaissance ont été basées sur l'anatomie et l'alchimie.

L'anatomie a évolué dans l'histologie, l’ultra structure, et maintenant vers la biologie moléculaire qui n’est rien d’autre qu’une anatomie des gènes. L'alchimie a évolué vers la chimie. Ainsi, presque toutes nos connaissances en médecine occidentale sont basées sur l'anatomie et la chimie. La connaissance de la biophysique, à l’exception de quelques publications sur les impulsions électriques en neurophysiologie, est déplorablement insuffisante. Un célèbre essai classique chinois, "Rêve de chambre rouge " soutient que les femmes sont faites d'eau, et les hommes de boue. La vérité est, que tous les humains, en fait tous les êtres dans le royaume animal, sont fait d'eau.

La majorité de notre être est l'eau. La triste vérité est celle que l’on connaît peu cette molécule, qui est l'essence de la vie. Il y a peut-être des physiciens parmi vous aujourd’hui . Je me demande si même les physiciens ont une idée claire et complète de son mystère. Nous n'avons aucune idée de l’état de l’eau qui est dans le corps et comment elle se comporte dans les diverses conditions pathophysiologies.

Comme nous le savons, l'anatomie et la chimie n’expliquent pas tout dans la biologie. Quand j'étais à l'école de médecine l'acuponcture était considérée une médecine de vaudou, raillée par nos professeurs et les membres des sociétés médicales. Pourquoi ? Parce qu’elle n’a aucune base anatomique ou biochimique. J’ai toujours été perplexe de voir que beaucoup de personnes qui allaient mieux après le traitement d’acuponcture. On nous a dit c’était dû à l’effet placebo, mais nous savons que le placebo n'a pas tout expliqué dans les études médicales.

Maintenant l'acuponcture est acceptée dans toutes les communautés médicales, même aux États-Unis. Nous connaissons même les points d'acuponcture des rats, (quand vous stimulez le point d'acuponcture, la réponse physiologique peut être enregistrée objectivement), mais nous ne connaissons pas la localisation anatomique et nous n’avons toujours pas une explication scientifique et claire pour elle. Une autre raison du rejet d'une théorie peu orthodoxe par la communauté scientifique est le système et l'environnement courants. Aux États-unis, les scientifiques sont encouragés très tôt à approfondir un sujet plutôt que d’élargir le champ de recherche J'étais membre de la section d'étude de NIH pendant 5 années. J'ai vu ainsi beaucoup de bourses avec des idées brillantes et originales,être refusées parce qu'elles n’étaient pas dans la norme.Ce n’était que quand la bourse était revue et réorientée sur un aspect spécifique détaillé, qu’elle était alors accepté. Cette méthode a ses forces et ses faiblesses. Son point fort est qu ‘elle crée de super spécialistes. Son point faible est le risque de faire des scientifiques avec une vision étroite.

L'autre problème est le système d'examen par les pairs pour évaluer des publications et des subventions. Évidemment, c'est probablement le système le plus juste jusqu'ici, mais il n'est certainement pas idéal. Si l’examen se pratique avec les mêmes scientifiques de mentalité étroite comment pouvons-nous compter sur eux pour s’ouvrir aux idées révolutionnaires ? De plus, puisque ces experts décident également du futur des jeunes scientifiques (parce qu'ils prennent des décisions sur les articles et les subventions), ils craignent de soutenir ouvertement une théorie hérétique, par crainte de compromettre leurs propres carrières.

C'est pour cette raison que j'admire particulièrement Jacques Benveniste. Il a eu un caractère fort et une volonté de fer. Il regardait avec mépris les opinions communément admises et il a continué à persévérer, en dépit de toutes les difficultés et les obstacles. Un jour, il m’a demandé ce que je pensais de cette persévérance apparemment folle. J'ai lui ai dit en plaisantant qu’être un prophète c’est excellent, combattre pour la recherche c’est courageux et héroïque, mais il y avait le risque d'être un jour brûlé vif sur la place publique. Il m’a répondu « j'ai une maîtresse très exigeante et je suis hanté par elle. Mon être entier est complètement rempli de son image, son profil, son visage séduisant et pourtant évasif, le sourire intermittent de cette femme qui s’appelle : La Science. Je ne peux m’empêcher de faire ce que je fais». Voici la réponse d'un vrai scientifique.

Les gens entrent dans la science pour des raisons différentes : la renommée, la fortune, la puissance, la sécurité d'emploi, l'évasion, ou simplement pour la promotion dans le milieu universitaire, mais les vrais scientifiques sont motivés par une vraie passion pour la science. Ceux sont les vrais idéalistes. Beaucoup trop a été dit au sujet de l'"affaire Benveniste" et de l »a mémoire de l'eau", ainsi je ne passerai pas beaucoup de temps en le répétant ici. Tout ce que je souhaite dire c’est que l’idée de Jacques au sujet de la transmission électromagnétique des signaux moléculaires est non seulement originale, mais d'une importance colossale. La biologie, pendant des siècles, a été concentrée sur les aspects structuraux et chimiques et les études sur la signalisation physique manquent déplorablement.

On avait besoin d’un vrai visionnaire comme Jacques pour l’apercevoir, et ça a été un honneur pour moi d’être associée, de quelque manière, même périphérique, à ses efforts de recherches dans ce domaine. Confirmé ou pas, sa théorie, doit réveiller l'imagination du monde scientifique dans le siècle qui va venir. Mais, si elle est démontrée, elle pourrait être une des plus grandes découvertes de la science biologique des dernières années.